Écrit personnel

L’expression artistique est la libre manifestation du beau qui réside en vous

Spread the love
Qu'il est beau cet enfant... De merveilleux yeux.. Le tout ...

Vous pouvez vous exprimer avec grande profondeur et délicatesse par le médium de l’art sans pour autant avoir étudié de façon académique et je dirai même, sans pratique, cela est aussi possible.

Depuis longtemps j’ai toujours pensé que pour être une bonne musicienne, je devais pratiquer tous les jours, travailler la technique acidûment, jouer en groupe, étudier sans cesse étudier, faire des compétitions, être la meilleure, et au fond de moi, déjà adolescente je souffrais de cet esprit de compétition permanent nous invitant à toujours nous dépasser par rapport aux autres, nous comparer aux autres, les défier, les juger ou se juger soi-même de ne pas être à leur égal, une course narcissique sans fin, d’excellence, de brillance, formatée par des pédagogues pleins de vieilles idées figées sur l’art et son expression, et tout ceci ne menant qu’à l’oubli de soi.

Pour ceux qui réussissent dans cette démarche à gravir les échelons, que réussissent-ils vraiment ?

C’est d’ailleurs pour cela que certains ont poussé les choses au-delà du paroxisme, provoquant, renversant les systèmes de valeurs, créant l’absurde en faisant litérallement un pied de nez aux académiciens, aux puristes, aux intellectuels, consciemment ou inconsciemment la nouvelle éloge du beau s’installait, éffrontée, dénuée de respect pour les anciens.

Finalement, qu-est ce que le beau ? Peut-on vraiment en parler?

Pour moi, C’est une histoire d ‘authenticité et de liberté d’être, bien relatif et pourtant….

La beauté n ‘est pas une recherche, elle existe de façon intrinsèque en chaque coeur humain et l’éducation intelligente a cette responsabilité de nous connecter à cette conscience de soi et de la libre expression, plus vous acceptez d être libre dans l’expression, plus votre coeur s’exprimera, plus votre coeur s’exprimera, plus vous développerez de la technique, une technique expérimentée avec toutes les dimensions de votre être qui vous donne cette douce impression d’être comme porté par quelque chose de plus grand que vous, comme une inspiration, une transe, une danse…si simple si fluide, si humble.

Ce n’est donc plus qu’une histoire de technique, d’appropriation du travail mérité, mais d’une réelle connexion avec soi, et d’autres mondes qui sait….

Dans mon travail personnel régulier, il y a bien longtemps, j’ai remarqué que mes traits techniques au violoncelle glissaient plus facilement lorsque je ne cherchais plus la perfection mais l’élan du coeur, même une simple gamme en tierce ou en sixte, habituellement ennuyeuse, prenait une dimension toute autre.

La recherche de perfection fut dans un premier temps le moteur de toutes mes réalisations artistiques, ce fut gagant un certain temps car j ai réalisé trois cycles de conservatoire en 3 ans, cependant cette démarche d’un semblant si fructueux allait devenir ma pire ennemie, je ne pouvais transcender la musique, mes interprétations restaient sous contrôle, la voix était belle, certes, la musicalité et la justesse aussi, tout paraissait au point et pourtant quelque chose manquait.

Un jour de cours de chant, après une nuit quasi blanche, je décidais d’aller à ce cours, car dans la semaine c’était le moment de joie, d’allégresse, un moment hors du temps qui me faisait oublier mon triste quotidien, je repartais toujours lumineuse et joyeuse pour le reste de la journée.

Ce jour je pensais ne rien pouvoir exprimer, ni voix, ni rien, mon professeur Jean-Philippe, me proposa de m’accroupir et de chanter dans le grave des mantras tibétains, dans cet état de fatigue intense, tout mon corps était en hyper réceptivité, et l’expérience fut assez intense.

Ensuite il me proposa de chanter un des monstre de L’Opéra, L’air de Konstanze  »Ach ich fuhle » dans l ‘enlèvement au Sérail de W.A Mozart.

Je me croyais totalement incapable de chanter et, miracle, dans ce lâcher prise total du à cette extrême fatigue physique, chanter cet air me paru assez simple, mon professeur resta les yeux écarquillés en ajoutant qu’il ne m’avait jamais entendu chanter aussi bien.

Cet épisode de ma vie, fut une très belle leçon pour moi, je vivais depuis des années sous contrôle de moi-même, quelle maltraitance

je m’infligeais et quelle bénédiction de reconnaître enfin à quel point la MAGIE DE L’EXPRESSION MUSICALE S’EXPÉRIMENTAIT DANS L’ABANDON, OUI L’ABANDON.

Aller sur le chemin musical sans me focaliser sur la technique et la volonté de perfection, m’ouvrait donc les portes…

Et de cette exprérience une marche vers le véritable chemin de moi-même, (m’aime) s’amorçait…

Je reste ouverte à vos commentaires, suggestions, questions

C’est à vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.